Chronique de l'Imaginaire

sa vie propre et mes libres associations

Chou et vieilles lunes

« Se prendre le chou sur Facebook par commentaires interposés. Non mais quelle perte de temps ! On a beau avancer tous les arguments de la Terre, il y a toujours des insatisfaits ! Désormais, c'est plus simple grâce aux émojis : une tête par émotion, et le tour est joué ! » C'est une perle trouvée il y a quelques temps à la une de Facebook , où j'ai appris que commenter les post, réfléchir, échanger opinions et points de vue c'est devenu ringard...Exprimer ses émotions fait partie des attitudes obsolètes qui nous prennent la tête ! Et si cette tendance déteignait sur nos échanges en face à face ? On pourrait brandir des grands émoticônes plastifiés comme un arbitre avec ses cartons jaunes. V

Crachez la perle

Au printemps en Chine, comme vous savez, les dragons crachent la perle...tout au moins dans les pratiques de qi gong imprégnées d'imaginaire taoïste. La légende du moine bouddhiste qui, en traversant une rivière, laisse tomber un sutra dans l'eau, rejoint cet archétype de l'animal merveilleux. En l'occurrence un poisson qui avale aussitôt le sutra (retranscription des paroles du Bouddha). Voilà pourquoi les moines appellent à la méditation en tapant en rythme sur un poisson en bois. C'est pour pour lui faire cracher la perle ! Poisson, dragon, serpent Naga, même combat : en Asie ils vivent tous dans l'eau et pas forcément au jardin d’Éden... La perle c'est l'enseignement. Je me demande quels

Il n'y a personne

Fini Gulliver au pays des géants (du web), s’émerveillant des flopées d’émoticônes et de la perspicacité des algorithmes : je me suis habituée à Facebook ! Les inconnus qui me demandent en ami ne doivent plus expliquer pourquoi et les animations automatiques genre "journée des amis" ont ratiboisé ma curiosité. N'empêche que Facebook reste une étrange manière de parler aux autres ! Ignorer à qui je m'adresse inhibe forcément ma parole mais je ne me résigne pas à l'incommunicabilité régnant sur ce tourbillon d'échanges rapides où les commentaires drôles s'enchaînent en dialogue de sourds. Les conversations ne sont suivies que dans les pages dédiées, les «groupes». En attendant de trouver les p

Battre le rappel de ses amis

D'abord j'ai cru à une blague. Le copain en question est facétieux et quand il s'est mis à vérifier si ses amis Facebook partageaient ses posts sans le lire jusqu'au bout, j'ai pensé que son «test social» était bidon. Test assorti d'une incitation à copier/coller le message sur son mur sous peine d'expulsion de sa liste d'ami : redoutable ! Farce ou pas, tout le monde a rappliqué pour l'assurer de sa loyauté : 41 commentaires, 117 « j'aime» . Que vient dire cet engouement dans un monde virtuel d'échanges sans lendemain. Entre peur du rejet et diplôme de "super copain", les menaces d'abandon enrobées de flatterie semblent marcher du tonnerre. Je te vire aujourd'hui de mes amis Facebook mais

Masques d'après Carnaval

Chroniqueuse de ma page Facebook, ce n'est pas une une vie ! Assez de surveiller mon langage pour éviter à mes amis la crainte de se reconnaître dans les tics en ligne que j'épingle sans arrière pensée . Anticiper les parano d'autrui me précipite dans l’hyper-contrôle : c'est encore plus fastidieux qu'éliminer tout parfum d'ironie de mes propos : à la fin ça ne m'amuse plus ! J'aime dire ce qui me passe par la tête, alors autant plonger dans l’inconscient où, entre jeux de masques et inversion des rôles, Carnaval dure toute l'année. D'un gribouillage sans intention surgit Monsieur Animus qui invite à danser l'Ombre de Nonchalance en robe couleur lagon et loup avec voilette assortie. Parole v

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

®

Créé avec Wix.com

  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Wix Google+ page