Analyse de rêve à Bagdad café

November 9, 2017

 

Les rêves sont comme des films, avec scénario et personnages se métamorphosant à tout va.

Notez les aussitôt réveillés pour fixer le volatile avant qu'il ne s’évanouisse dans l'oubli.

En séance, l'analyste commence par essayer de "voir" le même film que le rêveur a rêvé. Dans cette phase descriptive surgissent les libres associations, à savoir ce qui nous passe par la tête. Parfois on associe avec des vrais films et on amplifie alors comme avec les mythes et les contes. Ça a été est le cas pour Bagdad café (1987) à cause d'un fruit mur et surtout des tours de magie. La lumière ocre y était aussi pour quelque chose !

Vous vous souvenez de cette inénarrable touriste bavaroise atterrissant dans un bar bordélique en plein désert de Californie ? Je parle du film parce que je ne suis pas censée raconter les rêves qu'on me confie. Sauf cette fois-ci puisque quelqu'un m'a demandé d'écrire sur son rêve dans mon blog. Il sera déçu que j'en dise le minimum syndical : le fruit, la lumière, la magie... Oui, la déontologie protège ! Elle veille, entre autres, sur les tresors d’énergie que chaque rêve ramène de l’inconscient.

Avec en prime un dessin d'autant plus plat que le rêve était profond.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche
Posts Récents

April 18, 2020

November 11, 2019

Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags